Les sons d'aujourd'hui et de demain

Description de votre podcast.

RSS »iTunes »

Led Zeppelin - Led Zeppelin IV

15-12-2017

Toujours débordants d'activité et reprenant l'idée de base de leur troisième album, les quatre musiciens se retirent une nouvelle fois à Headley Grange, début 1971, pour composer et enregistrer tranquillement. Ils désirent en fait réaliser le meilleur album dont ils sont capables et ils vont y parvenir haut la main.   

Le bassiste  John Paul Jones, de plus en plus sûr de lui et inspiré, dégaine le premier et présente à ses trois complices des riffs d'une improbable évidence, terriblement percutants et accrocheurs. Il propose autour de ces riffs un arrangement réminiscent du « Oh Well » de Fleetwood Mac, sur lequel Plant improvise un texte bien macho (« A ce qu'on dit, les femmes qui ont des grandes jambes n'ont pas d'âme ») tandis qu'un labrador noir sans maître tout effrayé traverse subitement la pièce, donnant ainsi son titre à la chanson : « Black Dog ». La voix de Plant n'a alors peut-être jamais été aussi puissante. Grand classique de l'écoute au casque, on y entend John Bonham taper sur ses baguettes lors des breaks pour garder le tempo. Là est aussi une des qualités de Jimmy Page en tant que producteur, lui qui laisse ces petits accidents, ces détails, dans son mixage, pour que tout sonne


Un ou deux jours après, le jovial batteur se lance au débotté dans l'intro de « Keep a-Knockin' » de Little Richard, sur laquelle Page embraie illico et greffe un riff incendiaire, Jones trouvant une ligne de basse ultra-simple mais délectable. Voyant dans cette jam l'essence même de la musique qu'ils aiment tous, Plant chante ainsi une célébration du... « Rock and Roll » (en concert, il présentera d'abord la chanson sous le nom de « Been a Long Time »).Présent à Headley Grange, Ian Stewart, pianiste des Rolling Stones et copain de Jimmy Page, rejoint Led Zeppelin pour l'enregistrement de la version définitive, martelant ses touches sous le tonnerre de feu de la rythmique (pour des raisons contractuelles, il n’est pas crédité sur le disque).            

  

D'humeur romantique, ils ressortent guitares sèches et mandolines et rendent aussi hommage à leur amie la chanteuse canadienne Joni Mitchell avec la ballade acoustique« Going to California », où ils évoquent en filigrane leurs turpitudes à Los Angeles.

 

LED ZEP invitent ensuite, la belle Sandy Denny, rencontrée quelques mois auparavant lors d'une remise d'Awards, à se mettre quelques jours durant en congé de Fairport Convention pour venir chanter avec Robert Plant « The Battle of Evermore », véritable pièce de théâtre miniature, où Plant se surpasse en tant que parolier, contant le siège d'une cité celte qui résiste aux attaques des Saxons.

Categories |

Filetype: MP3 - Size: 73.7MB - Duration: 32:12 m (320 kbps 48000 Hz)